• Karine ORSI

# Comment changer les autres ... :) !

Mis à jour : févr. 27


Comme je vous le disais dans mon précédent post, changer son estime de soi implique un personnage principal et unique : soi et je vous affirmais que c’était une super nouvelle… je vous propose aujourd’hui d’aller voir pourquoi et de faire un premier pas vers le changement.


L’enfer c’est… les autres !

Au programme, je vous emmène faire un détour au cœur d’un de nos fantasmes les moins avouables : posséder la fameuse télécommande à changer les autres! !


Les autres ? ! Mais si, vous savez bien… :

- Tous ceux qui ne vous aiment pas à votre juste valeur alors que vous faites tout pour eux, qui ne vous donne ni l’amour ni la reconnaissance que vous méritez,

- Ceux qui s’écoutent parler, qui monopolisent la parole, qui sont trop colériques ou trop bavards ou trop discrets,

- Ceux qui vous irritent par leur manque de respect, de politesse ou de bienséance, qui n’ont pas su vous remercier après tout ce que vous avez fait pour eux,

- Ou à l’inverse ces hypocrites qui vous font des sourires pour vous dézinguer par derrière,

- Ou encore ceux qui voient toujours le petit détail qui ne va pas au milieu de toutes ces choses que vous avez fait de bien et qu’ils ne remarquent même pas,

- Et puis ceux à qui l’on passe tout parce qu’ils crient plus fort que tout le monde, qui se mettent en colère pour un rien et qui vous plombent tous ces bons moments….

- ….. (Liste non exhaustive !)

Bref tous ces autres avec qui l’on vit de près ou de loin et dont les comportements nous attristent, nous irritent voire nous insupportent et qu’on aimerait bien changer en appuyant sur un petit bouton.


Mode opératoire du non changement

La première étape en général aura été d’espérer que les autres soient un jour touchés par la grâce et qu’ils comprennent enfin l’évidence : qu’il fallait qu'ils changent et vite !


Après quelques mois, voire quelques années et comme ce jour n’est pas venu, on passe parfois par une deuxième étape inspirée de Matrix ou comment leur implémenter un programme dans le cerveau ou en intraveineuse pour qu’ils comprennent ces évidences et qu’ils évoluent !

C’est à cette étape que l’on rêve aussi parfois a minima de les mettre sur pause, là comme ça d’une simple pression du doigt sur la télécommande… puis ensuite vient l’envie de trouver enfin le bon bouton pour qu’ils finissent par fonctionner de manière satisfaisante.

Et ça ne marche pas…


On passe alors à une phase plus active et plus ou moins musclée où lassés d’attendre un changement qui ne vient pas ou de trouver cette p….n de télécommande, on finit par « expliquer » aux autres ce que nous souhaiterions qu'ils modifient dans leur comportement.

Et là, en fonction de notre capacité d’argumentation et de gestion de nos émotions ça fonctionne...ou pas et le plus souvent pas très longtemps.


C’est en général à ce moment précis que la lumière jaillit : On ne peut pas changer les autres…pas plus qu’ils ne peuvent nous changer !


Parce que c’est bien ça l’ironie de l’histoire : De la même manière que nous sommes tous le « con » de quelqu’un, nous sommes aussi celui qui doit changer dans le regard de quelqu’un d’autre, chacun voyant à peu près tout le temps midi à sa porte (enfin surtout à midi ?!).


Et c’est finalement heureux vous en conviendrez que les autres aient aussi perdu leur télécommande…


Ainsi, nous ne pouvons pas changer les autres, mais nous pouvons nous changer nous-même.

Voilà donc la bonne nouvelle pour notre estime de soi qui, ne dépendant que de nous-même, est donc susceptible de s'améliorer !


Alors on s'y prend comment pour faire changer ce qui ne nous va pas ?


A/ Commençons par nous poser LA bonne question et y répondre

Avant de voir comment on peut faire bouger les choses chez nous, la première étape que je vous propose ici est de nous poser une question essentielle avant tout changement :

Est-ce que je veux réellement que ça change ?

Ou bien : Que m’apporte la situation actuelle ?

Ou encore : Quel intérêt j’ai à rester dans cette situation ?


Exemple 1 : J’ai trop de boulot !

1. J’identifie «Ce que je ne veux plus » :

« Je ne supporte plus la situation que je vis au boulot depuis des mois, voire des années.Je suis débordé(e), sous l’eau, je croule sous le travail. Je finis très tard tous les soirs et parfois même je bosse le week-end. J’ai beau expliquer à mon chef que je n’en peux plus, il m’en rajoute tout le temps. »


2. Je le transforme en « Ce que je veux » :

« Je veux donc une charge de travail équilibrée qui me permette de faire des horaires décents, de profiter de mes soirées et de mes week-end »Donc, bien sûr j’ai envie que ça change…


3. J’identifie « Ce que je pense perdre » :

….Et en même temps j’aime être celle ou celui sur qui on peut compter, j’aime me sentir indispensable.


Exemple 2 : La répartition des tâches… ménagères

1. Je ne veux plus :

« J’en ai ras le bol de tout faire à la maison : la lessive, le repassage, les courses, l’aspirateur…Je VEUX que ça change et que l’autre en face fasse (😊) sa part du boulot, 50/50, non mais, on est au XXIème siècle m…. !!!!... »


2. Je veux :

« Un partage des tâches ménagères égalitaire »


3. Je pense perdre :

« … et en même temps quand je fais tout à la maison je me sens une bonne épouse, mère ou un conjoint modèle qui ne laisse pas tout faire à sa femme, j’ai une bonne image de moi et en y regardant de plus près ça me donne l’occasion de me plaindre, d’être un peu une « victime » et de bénéficier en retour de l’attention des autres auprès de qui je me plains : mes parents, mes copains, copines…. »


2/ Deuxième étape : Calcul coût / avantage

Une fois que j’ai répondu à cette question je vais comparer ce que j’ai à gagner et ce que je pense devoir perdre en faisant un calcul coût/avantage :


Ce que je veux > ou < Ce que je pense perdre ?


Vous l’aurez compris, après cet examen de conscience, si je pense avoir en fait beaucoup plus à perdre qu’à gagner, ça ne sert pas à grand-chose de mettre mon énergie au service d’un résultat qu’au fond je ne souhaite pas…Si en revanche en étant complètement au clair avec moi-même, je considère que j’ai plus à gagner qu’à perdre, alors je peux passer à une autre étape…


La suite au prochain post 😊

06 88 48 95 54

©2020 par Mes Facettes coaching et formation. Créé avec Wix.com